Triangle de Karpman, adopter la posture juste

Connaissez-vous le triangle de Karpman ?

Nous aspirons tous à entretenir des relations pacifiques, positives et équilibrées avec les autres. Pourtant cela ne fonctionne pas toujours ainsi.

Sans nous en rendre compte, nous devenons à tour de rôle le bourreau, la victime ou le sauveur de l’autre.

En tant que thérapeute, notre rôle n’est pas de sauver la personne, ni de prendre le pouvoir sur elle et encore moins de devenir la victime.

Trouver son équilibre interne passe aussi par une prise de conscience des rôles que nous jouons. Travailler sur soi pour offrir une posture juste et alignée à ceux que nous accompagnons.

 

1- Le concept du triangle de  Karpman

 

Développé par le psychologue américain Stephen B. Karpman, ce triangle communément surnommé “triangle dramatique” met en avant les jeux de manipulation psychologique utilisés par l’intermédiaire de nos échanges verbaux.

Comprendre notre propre rôle est une clé décisive pour adopter la juste posture et sortir de toute relation toxique. Encore faut-il en avoir conscience.

Ces jeux sont inconscients et peuvent s’intervertir en fonction des personnes et parfois même entre les mêmes personnes selon les situations.

Il existe ainsi la position du :

  • Bourreau ou persécuteur

Dans cette situation, cette personne est en recherche permanente de domination sur l’autre par différents biais :  la menace, l’agressivité ou la malveillance.

Pour ce faire il n’hésitera pas à dicter, ordonner et dévaloriser l’autre pour assoir son pouvoir. L’idée est de maintenir l’autre dans un sentiment d’infériorité.

Il pourra aller jusqu’à la position de pervers narcissique n’hésitant pas à manipuler l’autre et faire preuve de pulsions agressives plus ou moins refoulées.

L’autre, se laissant manipuler, pourra soit prendre la place de victime et se faire plaindre soit attendre son sauveur.

  • La victime

On lui prête parfois symboliquement l’image de calimero. J’aimerais nuancer cette caricature. La victime prendre généralement comme moteur de communication le faire de se plaindre, mais peut également se sentir désemparé face à une attaque trop violente pour elle (psychologique ou physique).

Dans la deuxième situation, cette personne cherchera de l’appui évidement, à se faire plaindre parfois et aura besoin d’écoute.

Dans ce triangle de Karpman, “le caliméro” aura un discours et une attitude bien rodé pour se faire plaindre et se victimiser. Selon la personne, la victime peut parfois exceller dans le fait de remettre la faute sur autrui sans pour autant se remettre en question.

Et bien sur, elle sera à la recherche d’un soutien, d’un sauveur.

 

  • Le Sauveur

Dans cette caricature, le sauveur vole au secours avant même qu’on lui ait demandé une quelconque aide, parfois même contre l’avis de la personne. Il pourra avoir un côté narcissique “la victime n’est rien sans moi”, il ne supporte pas l’inaction de l’autre. Il peut devenir intrusif, voir même étouffant.

 

2- Adopter la posture juste et sortir du triangle

  • Commencer par notre propre part d’ombre

Tout changement commence par une prise de conscience et de regarder notre part d’ombre. Prenez le temps de regarder ce triangle de Karpman.

Nous avons tous été et pouvons tous être l’un des trois acteurs. Comprendre les jeux de pouvoirs nous permet de mieux appréhender la juste posture.

Je me souviens de cette chanson écrite par Jean-Jacques Golman “Et si j’étais né en 17 à Leidenstadt” qui décrit parfaitement la complexité des situations et des rôles que nous pouvons endosser par le biais de l’époque, l’éducation, les croyances et la peur.

Si j’étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d’un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j’avais été allemand?

Adopter la posture juste vient d’un travail profond qui nous faisons sur nos croyances, notre éducation, nos blocages psychologiques et émotionnels.

C’est aussi dans ce sens que j’ai voulu créer mes accompagnements en individuels car ces blocages se retrouvent bien entendu aussi dans l’expansion que nous nous autorisons à avoir dans notre entreprenariat. Je vous accompagne dans un travail en profondeur pour modifier votre mindset, lever les blocages autant psychologiques, qu’énergétiques pour libérer votre plein potentiel et obtenir le résultat attendu de vos actions.

 

  • L’importance de (se) pardonner.

Quel que soit le rôle joué dans ce triangle, si l’expérience a été traumatisante, elle sera inévitablement relié à une émotion forte.

Plus je me remémorerais ce souvenir, plus l’émotion associée viendra s’ancrer dans mon inconscient et deviendra un automatisme.

Ainsi si j’ai été :

– Victime : Je me méfierai de tout le monde, je développerai des émotions de peurs, des attitudes de repliement,..

– Bourreau :  Selon le profil cette situation engendrera culpabilité répétée ou au contraire renforcera le pouvoir de manipulation.

– Sauveur : Je prendrai l’habitude de nourrir mon ego à travers cette posture. Les conséquences seront un possible sentiment d’ingratitude, de n’être pas compris, la posture d’autorité sur autrui…

Cette situation passée est tellement imbriquée dans votre cerveau qu’elle devient les lunettes par lesquelles vous regarder la vie. Elle devient ainsi votre réalité d’aujourd’hui et peut donc énergétiquement se reproduire à l’infini.

Sortir de ce triangle pour y trouver la paix et la puissance intérieure est possible. Avec mes coachées nous travaillons autant le mental, que les événements traumatiques notamment à travers l’EFT (techniques énergétiques de libération émotionnelle).

Si vous souhaitez postuler pour mes prochains coachings et bénéficier d’une séance découverte gratuite, cliquez ci-dessous :

Découvrir mon offre coaching en individuel

Me contacter